Enjeux féministes du devenir-vampire dans les productions filmiques et télévisuelles post-Buffy

Maeva Dubosc est actuellement en maîtrise en Études cinématographiques à l’Udem. Son sujet porte sur les représentations des genres dans les série télévisées et les films contemporains de vampires.

Samedi 29 mars à 10h30

Résumé:
Dans le cadre de ce colloque, j’aimerais présenter une communication en lien avec mon sujet de maîtrise pour lequel je m’intéresse aux représentations de la femme et du féminin dans les productions télévisuelles et filmiques contemporaines de vampires. Ce sera l’occasion de montrer comment le milieu académique, et plus particulièrement les études cinématographiques, peuvent être le lieu d’une recherche en lien avec les enjeux féministes.

Je me concentrerai principalement sur la figure de la femme vampire, qui a presque systématiquement été utilisée comme antagoniste sanguinaire et lesbienne (rehaussant par cette orientation son accointance avec le Mal…) dans les productions filmiques appartenant au genre horrifique. Mais en même temps que le vampire des productions contemporaines sort du genre horrifique, le vampire, et la vampire avec lui, perdent leur statut d’antagoniste pour devenir les héros des fictions filmiques et télévisuelles. Aussi, j’aimerais examiner les enjeux féministes que pose le devenir-vampire dans un contexte où la transformation en vampire est le lieu d’une reconfiguration de l’identité plutôt qu’une transformation en créature monstrueuse.

Qu’arrive-t-il quand il s’agit pour les femmes de devenir vampire ? Deviennent-elles aussi des ‘’héroïnes romantiques’’ ? Perdent-elles leur statut de femme au profit de celui – neutre ? – de vampire? Comment s’approprient-elles ce nouveau pouvoir qu’est le vampirisme, et qui les élève autant au rang de super-héroïnes qu’il ne les retranche du côté des instincts naturels et incontrôlables, et donc du côté de l’essentialisme ? Ces questions seront abordées en examinant les nouveaux enjeux de pouvoir qu’implique le devenir-vampire des femmes.

Bien que les ouvrages récents semblent se concentrer essentiellement sur le vampire au masculin comme nouveau héros romantique, je partirai du constat que les productions audio-visuelles récentes, tout comme les productions littéraires dont elles sont inspirées, mettent souvent en scène une héroïne pour qui se pose à chaque fois une question majeure : doit-elle devenir vampire ? Alors que cette question ne se posait absolument pas pour Buffy à la fin des années 1990’ (Buffy the vampire slayer, 1997-2003), cela devient un enjeu dans les séries et films populaires affiliés au genre de la « paranormal romance », comme True Blood (2008 -), Twilight (2008 – 2012) et Vampire Diaries (2009 – ).

Ma communication permettra une approche globale de mon sujet de recherche, en mettant plus en évidence les questions et les hypothèses générées que les réponses apportées. Je m’appuierai cependant sur des exemples précis, voir sur un film/une série en particulier – je présenterai donc au moins un extrait filmique. Je soulignerai également l’importance de ces représentations dans la culture populaire, en prenant appui sur des études concernant la réception de ces œuvres.

Publicités