Époque coloniale et considérations de genre: la conquête sexuelle de l’Amérique

par Gabrielle Pannetier Leboeuf
Gabrielle Pannetier Leboeuf est étudiante à la maîtrise en Études hispaniques à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse à la représentation des sujets féminins dans la littérature hispanique ainsi que dans les ouvrages historiographiques.

Samedi 28 mars 2015 à 11h30
Local B-3325

Résumé:
Les situations de « colonialité » (Quijano 1991) inhérentes aux discours produits sur l’Amérique hispanique et depuis l’Amérique hispanique, de la conquête et de la colonialisation jusqu’à nos jours, sont généralement étudiées strictement d’un point de vue ethnique. Toutefois, les autochtones et les métis ne sont pas les seuls groupes en Amérique latine dont l’imaginaire a été « colonisé ». Je me propose donc de réfléchir également sur un autre type de colonialité parfois oublié, mais non moins problématique : la colonialité du genre (Lugones 2008).

Dans ma présentation, je compte aborder la problématique suivante: Comment la colonialité du genre a imprégné le discours colonial hispanique sur la « conquête sexuelle » (Vieira Powers 2002) du sujet féminin indigène depuis la fin du XVe siècle jusqu’à nos jours? Mon hypothèse est que la colonialité du genre se retrouve tant dans le discours et l’imaginaire masculiniste de l’époque coloniale que dans nombre de travaux récents produits au cours des dernières décennies par des historiens, sociologues et anthropologues sur la question coloniale. En effet, je considère que la colonialité du genre n’appartient pas uniquement au passé colonial, mais qu’elle demeure présente dans le discours actuel des théoriciens qui prétendent pourtant paradoxalement défendre le sujet féminin colonial et dénoncer les traitements qui lui ont été infligés par le patriarcat, mais qui ont recours dans cette défense à des expressions ou à des concepts qui ne parviennent pas à sortir du paradigme de conquête sexuelle hérité des conceptions aristotéliciennes.

Dans un premier temps, j’étudierai le discours de genre de l’époque coloniale, en concentrant mon analyse sur l’héritage des conceptions aristotéliciennes des différences entre les genres et sur l’effémination cosmogonique de l’Amérique dans le discours colonial instauré par Colomb. Par la suite, j’étudierai la « conquête sexuelle » dans le discours historiographique actuel des études coloniales en abordant trois thèmes spécifiques : la non-considération dans plusieurs ouvrages colonialistes de l’intersectionnalité entre le genre et l’origine ethnique, le paradigme de la femme indigène comme l’éternelle victime (Vieira Powers 2002) ainsi que le paradigme de la femme indigène comme l’éternelle putain ou traîtresse (Vieira Powers 2002).

Pour suivre ou contacter l’auteure:
gabrielle.pannetier.leboeuf@umontreal.ca

Publicités