Expo/Discussion

Roxanne Lacourcière est étudiante à la maîtrise en arts visuels (ULAVAL). Elle s’intéresse à l’image corporelle de la femme et à la résistance qu’elle offre devant l’image médiatique qui tente de la conformer.

Vendredi 28 mars à 16h30

Résumé:
Le projet de communication que je vous soumets comporte deux volets. Tout d’abord, j’aimerais présenter les résultats de ma recherche artistique grâce à un corpus singulier. Puis, à la suite de cette présentation, je propose une communication sur tout ce qui nourrit cette recherche visuelle.

Je m’intéresse à l’image corporelle de la femme qui m’est contemporaine et à la résistance qu’elle offre devant l’image médiatique qui tente de la conformer. Nelly Arcand soulève deux questions
importantes : les femmes peuvent-elles arriver à se libérer de l’image et qu’adviendra-t-il si elles sont en mesure de le faire? Le lien qui unit l’image et la femme est très fort, à croire maintenant qu’il est impossible que l’une existe sans l’autre. Les femmes sont partout : dans les vidéoclips, les magazines, les publicités, etc. L’attitude et l’image féminine découlent d’un long enseignement conçu par une société X et qui souhaite confiner la femme dans une seule et même représentation.

C’est dans cette optique réaliste, que je réfléchis mes propositions visuelles. Au travers de celles-ci, je suggère un discours qui pourrait très bien servir de réponse aux questionnements, sur l’indissociabilité de l’image et de la femme, posés par Arcand. Je travaille dans mes images, une présentation de corps féminins atypiques, résistants, contestataires et réactionnaires aux normes établies par les diverses sociétés tout en m’inspirant de la réalité à la façon de la télésérie de Lena Dunham. Les corps que je présente dans mes recherches visuelles sont le type de corps hors-normes qui accompagnent la résistance féminine. Ils se veulent hors normes autant par leur physique parfois négligés que par leurs attitudes revendicatrices et insoumises, qui se dresse face au moule imposé. Je réfléchis le corps féminin en explorant les rondeurs affirmées, les formes inexistantes, les musculations, le laissez allez corporel ou encore la pilosité non contrôlée. Mais surtout, je réfléchis le corps féminin en m’éloignant des critères de beautés spécifiques imposés par la société puisque ce que je tends à créer dans mes images, c’est le reflet de la réalité qui semble trop souvent oublié par les diverses industries gérant l’imagerie féminine. C’est cette conception de l’image comme cadre et structure d’un corps qui m’interpelle et dont je souhaiterais discuter afin de susciter diverses pistes de réflexions et commentaires afin de réfléchir le corps féminin actuel.

Publicités