Home as a radical safer space : Pour une réhabilitation féministe du concept de Foyer

Par Hind Fazazi
Étudiante à la maîtrise au département de philosophie de l’Université de Montréal, Hind Fazazi travaille sur la subjectivation individuelle en contexte de mobilisation sociale. Elle s’intéresse à la sociologie politique, à l’épistémologie féministe et aux féminismes tiers-mondistes et postcoloniaux.

Vendredi 18 mars,
Panel 3, de 15h15 à 17h15
Salle S1-139 – Pavillon Jean-Coutu

Résumé

Cette communication se veut une présentation de l’intention au cœur de l’article «House and Home: Feminist Variations on a Theme» de la philosophe féministe américaine Iris Marion Young. Dans cet article, Young accepte partiellement les thèses critiques de plusieurs auteures (De Beauvoir, Mohanty, De Lauretis, etc.) concernant la réduction historique des femmes à des femmes au foyer et la négation de leur potentiel créateur ainsi que du développement de leur subjectivité propre. Elle ne rejette toutefois pas entièrement l’idée de Foyer en proclamant des valeurs positives reliées à cet idéal.

Dans nos sociétés, ce sont habituellement les activités de création et de construction qui sont valorisées, activités habituellement réservées au mâle blanc privilégié. Les femmes, même aujourd’hui, sont peu associées à ces pratiques et seraient confinées, réduites, à la simple préservation matérielle. Selon Young, les femmes sont en effet systématiquement exclues de l’érection de structures qui forment un monde significatif. Dès lors, comment réhabiliter le Foyer? La préservation du Foyer, pour Young, est nécessaire pour l’identité humaine, aussi fluide et complexe soit-elle, et contient des potentialités créatrices fécondes.

S’inspirant de l’analyse de la féministe noire américaine bell hooks, qui accorde un potentiel critique radical au Foyer (notamment comme Safer Space), elle érige la préservation, au même titre et de manière concomitante à la création, comme valeur centrale de l’émancipation individuelle. En ce sens, et dans une perspective de justice sociale, le Foyer devrait être démocratisé, universalisé et non pas demeurer un privilège de classe, de genre ou de race.

Publicités