La corporalité au sein du féminisme: Revisiter la corporalité chez Butler avec une approche néo-matérialiste

par Tara Chanady
Tara Chanady est étudiante au doctorat en communications. Elle travaille sur les représentations médiatiques du genre et de la sexualité.

Vendredi 27 mars 2015 à 13h30
Local B-3225

Résumé:
Malgré l’importance du travail déconstructif de Butler pour la compréhension du rôle central du langage dans la construction du genre, son approche poststructuraliste est critiquée par divers auteurs féministes comme n’expliquant pas la relation entre le corps vécu et le social en omettant de reconnaitre le rôle actif du corps dans l’appréhension du monde. Cette critique a même été formulée par d’autres féministes postmodernes comme Donna Haraway qui avance un problème avec l’absence de considération de l’existence corporelle concrète et les biological narratives chez Butler. Sans refuser la centralité du discours dans la construction sociale du genre, j’argumente que théoriser sur l’articulation mutuelle entre le discours et le corps permet de reconnaitre le rôle actif du corps matériel dans la relation au monde et la formation identitaire sans tomber dans le piège déterministe. En m’appuyant sur des auteurs féministes qui s’inspirent d’approches néo-matérialistes ainsi que sur la théorisation de l’expérience, je cherche à démontrer que considérer la réalité vécue des corps matériels (notamment les réalités genrées et trans) demande à la fois une reconnaissance des limites discursives qui forment l’identité, ainsi que de la réalité biologique et matérielle (embodiement) qui prend part à la construction identitaire.

Publicités