La fortune critique en tant qu’outil de recherche: la cas de Frances Anne Hopkins, artiste canadienne

Sallie Baron est étudiante à la maîtrise en histoire de l’art. Ses champs d’intérêt sont l’art canadien, l’art du 19e siècle, les artistes féminines, Frances Anne Hopkins, le féminisme et le post-colonialisme.

Samedi 29 mars à 15h30

Résumé:
La recherche sur une artiste féminine peut parfois être ardue, et lorsque l’on ajoute le détail de l’origine canadienne de cette dernière, la tâche peut paraître encore plus complexe. Les premières recherches sont souvent vaines, ou obtiennent des résultats décevants. C’est le cas de la recherche sur l’artiste canadienne, d’origine britannique, Frances Anne Hopkins (1838-1919). À travers l’assemblage et l’analyse de la fortune critique de l’artiste, et plus spécifiquement la réutilisation de trois sources primaires dans la littérature plus contemporaine, j’explorerai les stratégies empruntées par ces auteurs pour recontextualiser ces sources dans une concordance féministe et/ou postcoloniale. Grâce à cet exercice, il sera possible de mettre de l’avant une méthodologie pertinente, trop souvent mise de côté par les chercheurs.

Publicités