Les hommes âgés et la masculinité hégémonique

par Julien Gauthier
Julien Gauthier Mongeon est étudiant au département de sociologie à l’université du Québec à Montréal. Il effectue une recherche avec Anne Quéniart et Michèle Charpentier sur la question du vieillissement chez les hommes.

Vendredi 27 mars 2015 à 14h30
Local B-3225

Résumé:
Cette communication vise à présenter les premiers résultats d’une recherche qualitative exploratoire portant sur l’expérience du vieillissement chez des hommes âgés de plus de 65 ans. À partir de quand se considère-t-on comme vieux? Quelle est la distance entre l’âge vécu et l’âge perçu, et la manière dont les hommes négocient leur identité de genre en tentant de conserver cette identité menacée par les effets physiques du vieillissement? Notre communication sera centrée sur le thème du rapport au corps et la question de la masculinité comme critère de référence face auquel les homme âgés se définissent et adoptent des stratégies de resistance face au corps qui change. Nous montrerons essentiellement que le rapport au corps chez les hommes, suggère une forme d’implication qui est souvent liée au travail qu’ils occupaient avant de prendre leur retraite. Les hommes occupent donc leur temps en mettant à profit l’expérience acquise lors de leur vie professionnelle, l’idée d’un corps vieillissant rimant souvent avec une sagesse qui croit avec l’âge. Associant surtout le vieillissement à une période de mûrissement qui conforte le sentiment d’être en contrôle, ou effectuant des activités pour rester en forme physiquement, les hommes adoptent plusieurs stratégies devant conforter le sentiment d’autonomie qu’ils souhaitent conserver. Le rapport à la masculinité hégémonique est donc un élément central dans la manière dont les hommes réfléchissent les limites du corps, et interprètent les signes concrets du vieillissement en fonction d’une nécessité de contrôle qui s’affirme par une certaine conception de ce qu’est un homme autonome et indépendant.

Publicités