L’univers sémantique de la prostitution : analyse sémiotique des terminologies féministes

Alexandra Pelletier est une étudiante à la maîtrise en de Sciences de la communication. Son mémoire porte sur les rhétoriques féministes et la sémiotique dans la réappropriation du langage.

Samedi 29 mars à 8h00

Résumé:
Ce projet vise à mettre en lumière les composantes sémantiques ainsi que la dualité sémiotique quand vient le temps de caractériser la prostitution vs. l’appellation ‘travail du sexe’. Ainsi, partant du texte de Louise Toupin (Analyser autrement la « prostitution » et la « traite des femmes » : (2006) ) qui propose de revoir les mots dans le champ lexical des féministes abolitionnistes, je traiterai plus largement des tensions sémantiques dans les deux regroupements québécois en matière de prostitution (CLES et Stella).

Toutefois, sans vouloir réduire la complexité de la prostitution et/ou le travail du sexe à un régime lexical, le but de la communication est de démontrer que les mots mobilisés pour décrire le phénomène sont de nature idéologique et permettent de créer un univers interprétatif. Finalement, il sera question de revoir le jugement Bedford dans le but de réviser les articles de la loi qui proposent une dualité lexicale entre agentivité et subordination.

Publicités