«Une analyse féministe radicale dans chaque cours !» Se souvenir de l’action féministe radicale du 8 mars 2010 en philosophie.

Par Louise Caroline Bergeron
L.C Bergeron est chercheure interdisciplinaire, spécialisée en psychologie interculturelle (U.de Mtl, 1995-1997) et en épistémologie féministe. Après une carrière en direction de projets et de recherche en marketing, elle a complété une maitrise en enseignement de la philosophie au collégial avec une formation complémentaire en théories et méthodes féministes. Elle a co-fondé en 2011 le Salon Femmes et philosophie et poursuit présentement un doctorat en sémiologie.

Vendredi 18 mars,
Panel 1, de 10h30 à 12h30
Salle S1-139 – Pavillon Jean-Coutu

Résumé

Cette présentation fera un retour sur une action féministe radicale menée par une collective d’étudiantes qui a lieu le 8 mars 2010 dans les départements de philosophie de l’U. de Montréal et de l’UQÀM. Je vais présenter une courte vidéo qui a été tournée durant cette action, ainsi que les points principaux de l’analyse et des réflexions collectives qui ont mené à sa réalisation. Nous allons examiner le matériel produit par les co-organisatrices pour chaque phase de l’action qui, outre des interruptions de cours, a compris une campagne d’affichage et la production d’un manifeste. Je vais mettre en relief certains aspects épistémologiquement intéressants de ces actions afin de dégager la pertinence féministe de celles-ci pour la philosophie et plus largement pour le monde universitaire, qui servira de point de départ à la discussion.

Cette présentation a comme objectif explicite d’inscrire cette prise de place féministe à l’université dans la mémoire collective et dans l’histoire des femmes et du féminisme dans les universités montréalaises francophones.

Publicités