Une chambre à soi, de Virginia Woolf ou Petit guide du féminisme au quotidien, à l’intention des littéraires… et des autres

Genevyève Delorme, du Département d’Études littéraires de l’UQÀM, rédige une thèse de doctorat sur la production d’une figure militante féministe dans la littérature féminine.

Samedi 29 mars à 16h00

Résumé:
Dans cette communication, je propose de montrer qu’avec Une chambre à soi (1929), l’auteure Virginia Woolf a légué bien davantage qu’un essai littéraire. Que, sous prétexte, fort ponctuel, de livrer «une conférence sur le féminisme [à des] étudiantes de Cambridge*», Woolf élabore une véritable pragmatique du féminisme au quotidien. Une pragmatique à la fois simple, universelle, et accessible à toutes et à tous.

D’abord, j’expliquerai en quoi la posture narrative testimoniale, et le découpage en six chapitres, d’Une chambre à soi, participent de cette pragmatique.

Puis j’exposerai la structure thématique qui sous-tend le récit, et qui révèle la pragmatique féministe derrière la formulation littéraire. Plus précisément : ce qui transforme un discours sur «les femmes et le roman» (p. 7) en Une chambre à soi.

Ce qui retiendra l’attention n’est pas le récit, farci d’anecdotes, raconté par Virginia-Woolf-sujet-de-Sa- Majesté-Georges-V, mais l’Histoire dans laquelle s’inscrit la parole de Woolf. Celle, en continu, des femmes en butte à la ségrégation sexuelle.

Nous verrons alors comment Woolf, qui se met elle-même en scène, illustre les six étapes d’une méthodologie féministe axée sur l’expérience quotidienne, banale, ordinaire, du sujet social. Cela, à partir d’un point de vue féminin sur cette expérience et sur la société qui conditionne cette expérience. Une société qui, pour Woolf, n’est pas simplement reléguée à une dimension territoriale. Qui concerne surtout la question du genre : du genre humain.

Et c’est ce qui fait de la pragmatique féministe au quotidien développée par Woolf au début du XXe siècle un outil méthodologique d’une rare efficacité. D’une formidable actualité. Et d’une véritable utilité. Encore aujourd’hui, en 2014.

*Woolf, Virginia. [1929]2008. Une chambre à soi. Trad. de l’anglais par Clara Malraux. Paris : Éditions 10/18, quatrième de couverture.

Publicités